URGENCES CARDIOLOGIQUES

24H/24 – 7J/7

Accueil et prise en charge des urgences cardiaques
Unité de soins intensifs – Unité de douleur thoracique

Cardiologie interventionnelle

  • Angine de poitrine et infarctus du myocarde
  • Diagnostic et traitement de la maladie coronaire par voie endovasculaire
  • Coronarographie diagnostique
  • Angioplastie coronaire

Rythmologie interventionnelle

  • Diagnostic et traitement des anomalies du rythme cardiaque
  • Implantation de pacemaker et défibrillateur
  • Exploration électrophysiologique
  • Ablation des troubles du rythme cardiaque

Intervention sur les pathologies valvulaires

  • Insuffisance ou rétrécissement de la valve aortique
  • Insuffisance ou rétrécissement de la valve mitrale

Unité de soins intensifs

L’unité de soins intensifs dispose de 6 lits monitorés et équipés permettant d’accueillir les cas les plus graves au PSR : infarctus du myocarde, douleurs thoraciques, troubles du rythme…

Le monitoring permet la surveillance permanente des fonctions vitales, par une équipe médicale et paramédicale formée aux interventions et gestes d’urgences.

Un cardiologue est présent sur place 24H/24 et 7J/7.

Unité de soins intensifs
Photo lit hôpital

Unité d’hospitalisation

Le service de cardiologie interventionnelle du PSR est composé de 28 lits. Il accueille des patients dans le cadre d’une hospitalisation ambulatoire ou classique, programmée ou urgente, à la demande de vos médecins, et en concertation avec notre équipe, dans un but diagnostic et thérapeutique.

Le plateau technique de cardiologie dispose de l’ensemble des techniques de pointe liées à la prise en charge du patient.

Cardiologie interventionnelle

Les artères coronaires apportent le sang oxygéné au muscle cardiaque. Leur rétrécissement ou leur obstruction sont la cause de l’angine de poitrine et de l’infarctus du myocarde. Le symptôme le plus fréquent est la douleur thoracique apparaissant à l’effort voire au repos.

Le rétrécissement et l’obstruction des artères coronaires sont dûs à un dépôt d’athérome, favorisé par l’excès de cholestérol, l’hypertension artérielle, le tabac, le diabète et le surpoids.

Interventions

Coronarographie

Technique, diagnostic et état des lieux des lésions du patient et décision de traitement.

En savoir plus

La coronarographie permet la visualisation des artères coronaires. Elle se pratique au bloc opératoire sous anesthésie locale et sédation légère. Elle consiste à mettre en place un introducteur le plus souvent dans une artère du poignet ou du pli de l’aine, permettant de faire progresser des cathéters jusqu’à l’origine des artères coronaires. Un appareil de radiologie spécifique permet de visualiser des artères grâce à l’injection d’un produit de contraste. Il s’agit d’une étape indispensable au diagnostic de la maladie coronaire et qui permettra de décider du meilleur traitement. Elle est fréquemment associée à des techniques d’imagerie (OCT), et d’évaluation fonctionnelle des lésions coronaires (FFR).

Angioplastie coronaire

Implantation de stent
Techniques innovantes (ultrasons, rotablator…)

En savoir plus

L’angioplastie, avec ou sans pose d’une prothèse endo-cavitaire (stent ou endoprothèse) a pour but de rétablir la circulation artérielle en dilatant le rétrécissement ou la sténose coronaire à l’aide d’un ballonnet gonflable. Auparavant, la phase diagnostique (via éventuellement une coronarographie) aura permis de localiser parfaitement les zones de sténoses nécessitant une revascularisation par angioplastie.

Rythmologie interventionnelle

La rythmologie permet le diagnostic et la prise en charge des arythmies cardiaques, aussi bien lente (bradycardie), ou rapide (tachycardie).
Les principaux outils de diagnostic sont l’électrocardiogrammes (ECG) , les enregistrements de longue durée (Holter ECG) et l’exploration électrophysiologique.

ECG et Holter ECG – Moniteur cardiaque personnel – Montres connectées – Holter implantable – Exploration électrophysiologique

Stimulateur cardiaque

Stimulateurs cardiaques

Plus communément appelés pacemakers, ils permettent d’éviter des fréquences cardiaques trop basses pouvant être responsables de malaise ou de syncope.

Défibrillateur cardiaque

Défibrillateurs cardiaques

Les défibrillateurs surveillent en permanence le rythme cardiaque. Ils sont capables en cas de trouble du rythme graves de restaurer un rythme normal par une stimulation rapide ou en délivrant un choc électrique.

Ablation des troubles du rythme cardiaque

Ablations de troubles du rythme cardiaque

Elles permettent de rétablir un rythme cardiaque normal par des techniques invasives de pointe (radiofréquence, cryothérapie).

Cardioversion par chocs électriques

Cardioversion par chocs électriques

Il s’agit d’une étape fréquemment utilisée dans la prise en charge des troubles du rythme.

Interventions sur les pathologies valvulaires

Intervention sur les pathologies valvulaires

Les valves cardiaques permettent la progression du sang d’une cavité à l’autre du cœur. Lorsqu’elles ne se referment pas correctement, on parle d’insuffisance valvulaire. Lorsqu’elles ne s’ouvrent pas suffisamment, on parle de rétrécissement valvulaire. Leur atteinte est principalement due au vieillissement,  à une dégénérescence ou à une malformation.

Insuffisance ou rétrécissement de la valve aortique

Rétrécissement ou fuite de la valve aotique qui gêne le passage du sang du ventricule gauche vers l’aorte.

Pendant longtemps, le seul traitement a été chirurgical. Actuellement, des techniques innovantes permettent une prise en charge interventionnelle.

Technique interventionnelle du rétrécissement aortique : valvuloplastie, TAVI

Insuffisance ou rétrécissement de la valve mitrale

Rétrécissement ou fuite de la valve mitrale qui gêne le passage du sang de l’oreillette vers le ventricule gauche.

Il existe des alternatives interventionnelles à la prise en charge chirurgical des valvulopathies mitrales.

Technique interventionnelle de l’insuffisance mitrale : mise en place d’un dispositif Carillon

Consentements opératoires

Pour chaque intervention, le consentement libre et éclairé du patient doit être recherché. Cela signifie qu’il ne doit pas être obtenu sous la contrainte et que vous avez eu accès à une information au préalable.

C’est pourquoi le cardiologue qui vous programme une intervention s’assure vous avoir donné une information claire, complète, compréhensible et appropriée à votre situation.

Le consentement oral ne suffisant pas, vous serez donc amené à signer un consentement écrit. Celui-ci explique de manière optimum chaque étape de l’intervention proposée, et décrit les bénéfices et les risques afin que votre décision soit prise de manière délibérée.

2 cas particuliers pour les mineurs et les majeurs sous tutelle :

  • Pour les mineurs : leur consentement doit être recherché, et les titulaires de l’autorité parentale doivent concerter leur volonté avec celle du mineur. A noter que la signature des 2 parents est obligatoire.
  • Pour les majeurs sous tutelle : s’il est apte à exprimé sa volonté, son consentement doit être recherché. Dans le cas contraire, c’est le tuteur qui prend le relai de manière encadrée.